You are currently viewing Le statut d’Aîné chez les Aborigènes d’Australie
(c) Mathilde Parquet - Photilde

Le statut d’Aîné chez les Aborigènes d’Australie

On ne devient pas une Aînée parce que l’on a des cheveux blancs

personne-agee-vieillesse-cheveux-blancs
(c) Mathilde Parquet - Photilde

Vous le savez peut-être, l’Australie est un pays très cher à mon coeur puisque j’y ai vécu et que j’ai encore mes familles de coeur et ami-e-s là bas. Je vous partage un peu de mon amour pour ce pays en le combinant avec le filtre « vieillesse »…

D’après ce que j’ai compris (je ne voudrais en aucun cas parler en leur nom), chez les Aborigènes, ce n’est pas le nombre d’années qui fait qu’on devient un ou une Aîné-e. Dans la culture aborigène, l’Aîné-e participe activement à la transmission des rites et des croyances notamment « du temps du rêve », origine de leur peuple et du monde. C’est une position très respectée et essentielle pour que la culture perdure.

Explications de la militante wiradjuri Jenny Munro : « Les gens pensent que je suis une Aînée parce que j’ai les cheveux blancs, mais je suis juste une personne âgée. J’apprends encore. Cela prend beaucoup de temps pour être une Aînée (…) ce n’est pas automatique. Vous devenez un Aîné parce que vous avez vécu votre vie d’une manière particulière en rendant service à votre communauté. Votre groupe décidera que vous avez atteint une étape importante et que vous êtes alors un Aîné (…) Ce n’est pas comme si j’avais été une pauvre conne pendant 40 ans et qu’en y réfléchissant, je change pendant les cinq dernières années, non, ces cinq ans ne font pas de toi un Aîné. C’est toute une vie à travailler pour ta communauté. »

 

Laisser un commentaire